Le vampire dans le manga et le manwha (Roshieru) :

 


Rares sont les manga ou les manwha (bd coréenne) parlant du thème du vampire. Cette figure mythologique étant sans doute beaucoup plus présente en Occident qu’au Japon, ou même en Asie, tout du moins telle que nous avons l’habitude de la voir. Ne nous y trompons pas, le vampire existe bel et bien là bas, sous le nom de Kyuuketsuki au Japon ou de Chiang-Shih en Chine. Mais leur façon de procéder ou d’être combattu est différente. Le vampire en tant qu’être se nourrissant de la vitalité des Humains pour survivre reste un thème universel, que l’on retrouvera dans de nombreuses mythologies. Mais bon, je m’arrête là, ce n’est pas le sujet que nous allons aborder ici.

Cette page se chargera de lister les œuvres parlant de vampires, en offrant résumés, images, petite bio de l’auteur et avis personnel lorsque cela est possible.

Miyu : le blanc est pour Roshierule rouge pour votre webmestres.  :)

 
M.A.J du 14 Mai :
- Ajout de la fiche de Trinity Blood

M.A.J du 30 Janvier :
- Rajout de quelques légères infos pour Hellsing, Shingetsutan Tsukihime et Yami No Matsuei
- Fiche de Les lamentations de l’Agneau, de Sanbika et de Yoake no Vampire faites.
Si ça continue on va devoir diviser le dossier en plusieurs parties XD
- Fiche de Vampire Jûjikai faite

 

 

Blood Hound de Kaori Yuki :

Titre original : Yorugata Aijin Senmonten ~ Blood Hound
Editeur : Hakusensha

Genre : Shôjo

 

Résumé : une lycéenne énergique et sympathique, Rion KANÔ, entre en contact avec des vampires travaillant comme hôtes dans un bar-club de luxe. Elle possède un lien particulier avec le vampires dans la mesure où lorsqu'elle était petite fille, elle en a rencontré un, qui lui a laissé une marque dans le cou, mais surtout un souvenir fort d'un être au coeur triste et aux très longs cheveux. (Source : Angelicvoice)

Avis : Blood Hound est une série sans prétention de Kaori Yuki, surtout lorsqu’on la compare à Angel Sanctuary ou Comte Cain/God Child. Elle se laisse lire malgré tout avec plaisir, d’autant plus que le trait fin du dessin est très agréable. L’histoire est un peu simpliste, surtout comparée à ce que fait Kaori Yuki en général, mais les personnages sont attachants, le vampire est ici ancré dans une vision plutôt occidentale (même si les croix n’ont aucun effet sur lui, comme le montre la mangaka au début). L’humour est aussi très présent. Par contre, nul symbolisme ou métaphore dans cette série qui connaît aujourd’hui un joli succès et une adaptation en série Live (The vampire gigolo).  Vous pourrez trouver les scans anglais sur Sakura-crisis ou en vf sur Iscariote. J’ignore par contre si une sortie française est prévue un jour… Peut-être à voir du côté de Tonkam qui édite déjà Angel Sanctuary, Comte Cain, God Child et Neji.

L’auteur : Kaori Yuki, mangaka de Bloodhound, est surtout connue pour deux autres séries : Angel Sanctuary (20 volumes, édité chez Tonkam en France) et Comte Cain / God Child (édité par Tonkam et prépublié dans Magnolia). Elle a aussi fait Contes de Fée cruels, Neji (Tonkam), Ludwig Kakumei… Avec d’autres mangaka comme les CLAMP ou Yuu Watase, elle a permis une nette évolution du shôjo manga ‘classique’ au début des années 90, qui se fit un genre beaucoup plus mature et glauque, bien loin de l’image traditionnelle que l’on peut avoir du genre (Candy Candy ?). Ses histoires sont souvent complexes, ses personnages sombres, torturés par leur passé et les évènements, ce qui n’empêche pas l’humour. On retrouve chez elle des thèmes récurrents comme des relations familiales difficiles (Cain et son père dans Comte Cain / Setsuna et sa mère, Kato et sa famille dans AS), l’homosexualité (mis à part dans Boys Next Door et un Doujin’, cela se base surtout sur des rapports ambiguës rarement explicités, comme pour Cain et Riff de Comte Cain), l’inceste (toujours pour Angel Sanctuary), ect… Elle puise aussi une part de son inspiration pour le look de ses personnages dans le courant Visual Kei (X Japan, Pierrot, Dir En Grey, ect…).

 

  Les images proviennent deA Yuki Kaori Shrine

 

Blood The Last Vampire :

Durée : 46mn

 

 Résumé : Nous sommes en 1966, au Japon. Des cas de suicides suspects sont répertoriés aux alentours de la base aérienne américaine de Yokota et le lycée américain de la ville est touché par cette vague de disparitions. Dans ce climat difficile, le proviseur compte sur Halloween pour remonter le moral des élèves, qui s'activent à la préparation des festivités. L'agent "David" est chargé de cette affaire et grâce à la coopération du proviseur, fait admettre au lycée, Saya, sa jeune protégée et son meilleur atout dans cette enquête.

Avis : Je n’ai pas vu cet anime, j’aurais donc énormément de mal à donner un avis constructif à ce sujet. Mais il m’a semblé comprendre que s’il était correct au niveau de l’animation et de la mise en scène, l’histoire restait assez simpliste et surtout peu développée du fait de la longueur (46mn) de l’anime. Il existe aussi un manga mais je ne l’ai pas lu non plus.

Note de Miyu : en réalité le film serait plus un prétexte à présenter le résultat du mélange entre 3D et animation moderne. Puisque nous avons là une assez banale histoire de chasseuse de vampires mais avec le petit plus qui fait que l’on reste sur sa faim et que le manga est insatisfaisant : Saya serait elle-même un vampire... De plus elle a ce côté froid et cruel des héros charismatique.

 

 

Hellsing :

Editeur : Tonkam en France

Genre : seinen

Adaptation : anime, 13 épisodes

 

 Résumé : "Cette nuit est magnifique... Elle me donne envie de mordre et de boire..." A Londres, la Fondation Hellsing officie depuis des siècles dans le plus grand secret afin d'éliminer les vampires de tout poil. Integra Hellsing, digne descendante d'une longue lignée de tueurs de vampires, dirige la Fondation d'une main de fer au nom de Dieu et de sa Majesté. Pour l'assister, elle peut compter sur ses escadrons paramilitaires, spécialisés dans la lutte anti-goule, et surtout sur Alucard... un des Nosferatu les plus anciens et les plus puissants, rangé du côté des mortels.

Avis personnel : Hellsing est un anime original où bien plus qu’une confrontation vampire/chasseur nous avons des personnages aux motivations personnelles assez ‘complexes’. Aussi bien qu’un cadre spatial qui ravira sans doute une bonne partie des Européens puisque l’action se passe en Angleterre. L’Eglise catholique a ses fous furieux (le frère Alexander) comme l’Eglise protestante (Alucard). Et le plus jouissif c’est la longueur des canons des armes à feu. Notons qu’à l’envers Alucard donne Dracula et qu’il aura fort à faire avec une certaine secte. Bref c’est intéressant, pas ennuyeux grâce à l’humour dont fait preuve Alucard (j’adore son humour). Même si parfois on aurait envie de baffer son Infante la petite ‘policière’. Même si je n’ai pas encore eu l’occasion de voir la fin, j’ai le même avis, par contre l’animation est assez inégale, dommage. Et le dessin du manga, en tout cas dans le premier volume que j’avais eu en scan à l’époque, n’est pas génial. A noter que l’histoire de l’anime est plutôt tronquée, le manga est bien plus complet (bien qu’on puisse croire le contraire au début, ça va plus loin, y a plus de perso, plus de mystères), mais Celes est aussi tête à claques.

Lien vers un site français : Hellsing Heaven

 

 

Kubi Suji Ni Vampire de Shinjo Mayu

Nombre de volumes : one shot

Titre français : un cou pour un vampire (^^,, )

 

Résumé : Dans un lycée tout ce qu'il y a de plus normal, une jeune fille membre du club d’art fait la rencontre de deux jeunes hommes aux relations étranges. Croyant tout d’abord qu’il s’agit d’une liaison amoureuse, elle s’aperçoit que l’un d’eux n’est rien d’autre qu’un vampire auquel son ami offre son sang. Tout d'abord intriguée, elle tombe vite sous le charme du buveur de sang. Mais choisir un vampire comme élu de son coeur, n'est-ce pas choisir la difficulté...?

Avis : Une histoire toute mignonne qui aurait pu être intéressante si le one shot avait pu être plus long. Hélas deux chapitres d’une trentaine de pages ne sont pas suffisants pour s’attacher aux personnages ou développer pleinement l’action. Ca se passe vite, beaucoup trop vite, le dessin est de qualité inégale, la mise en scène n’est pas géniale et rend plat les quelques élans dramatiques, les sentiments des personnages sont traités d’une façon maladroite, on se croirait dans un sitcom. Ce n’est pas mauvais mais vous ne perdrez rien en ne lisant pas ce court manga disponible en scanlation française sur Iscariote. Ouais, entièrement d’accord.

Auteur : Shinjo Mayu n’a pas que ce one shot à son actif. Sexy Gardian, une autre de ses œuvres, présente l’histoire d’une jeune fille du nom de Junna Saotome entrant sous le conseil de son oncle dans un pensionnat de garçons. Menacée de toute part, étant très jolie, elle se retrouve avec un chevalier blanc, Shibuki Fuwa, aux basques. Pour l’instant cette série ne compte que 2 volumes à ma connaissance. Autre manga : Haou Airen qui compte lui 9 volumes. Il est disponible en scan à cette adresse http://memoryforyou.free.fr/project_haouairen.shtml. Il y a aussi Love Celeb, qui est plutôt un shôjo pour femmes adultes et Dame ijiwaru h, ainsi que Motto Oshiete, un shôjo/ecchi voire hentai soft ( Oo ) (Soft ? Tu trouves ?) bah ouais on va rien contrairement à un hentai. Bon je continue. J’espère ne pas m’être trompée de mangaka (on sait jamais les homonymes XD), j’ai eu du mal à trouver ça ! Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur elle, mais si vous en avez n’hésitez pas à passer sur le forum !

 

 

            Les lamentations de l’agneau (Hitsuji no Uta ) de Toume Kei

        Editeur : ? Au Japon (paru à partir de 1997), Delcourt en France (2005)

            Nombre de volumes : une dizaine au Japon je pense bien, 1 seul en France qui vient de sortir

            Genre : Seinen

            Adaptation : il y aurait 4 OAV

           

            Résumé : Kazuma Tashiro est en apparence un lycéen ordinaire. Il a perdu sa mère quand il était enfant et vit maintenant avec des amis de son père. Mais depuis un certain temps, il n’a plus de nouvelles de ce dernier, ni de sa grande sœur Chizuna... Depuis peu, il se sent très mal à l’aise dès qu’il voit des objets de couleur rouge et cherche à comprendre l’origine de ce malaise...

            En vérité… Kazuma semble peu à peu subir une transformation bien étrange… une maladie qui frapperait l’ensemble de sa famille…

            Avis : je n’en sais pas plus sur ce Seinen mais je compte bien l’acheter. Des nouvelles bientôt donc ! Autre point tout de même, l’OAV tiré du manga serait très bonne et disposerait aussi d’une excellente bande son. Je crois qu’il est trouvable en fansub d’ailleurs.

            L’auteur : Toume Kei est aussi l’auteur Sing Yesterday For Me (que je n’ai pas trop apprécié à l’époque) et de Kuro Gane (que je ne connais pas du tout mais apparemment ça raconte l’histoire d’un samourai mort dont le corps est ranimé par un magicien. Il le transforme en pantin et lui offre un sabre duquel il ne peut se séparer car il lui insuffle la vie). Je ne sais pas ce qu’elle ou il a pu faire comme autre manga.

 

Model de Lee So Young :

Nombre de volumes : 7 en Corée, 7 en France, série terminée

 

 Résumé : Jiyae est une jeune artiste coréenne dont la vie bascule le jour où elle croise par hasard un vampire. Celui-ci ayant bu son sang, ils passent un pacte tous les deux : en échange, Jiyae aura le droit de peindre le portrait de Muriel (ledit vampire). La jeune fille va donc s'installer dans l'immense demeure de Muriel, afin de pouvoir saisir son modèle. Mais bien des surprises l'y attendent.

Avis : Le dessin présente de nombreux défauts, (entièrement d’accord sans avoir lu, rien que les couvertures) notamment au niveau des personnages, mais pourtant cette série est très attrayante, notamment grâce à son scénario et ses personnages pleins de mystères. Autant vous dire que je vous conseille d’acheter cette série sans plus attendre, je ne pense pas que vous serez déçus au niveau de l’intrigue. Les vampires, ou plutôt LE vampire, sont ici, comme dans Blood Hound, bien plus rattachés à la tradition occidentale que ne peuvent l’être les vampires de VPM. Ce qui n’empêche pas de détruire certains codes comme la répulsion de la croix (idem pour Blood Hound). Pour un avis plus complet et quelques scans, allez donc sur le forum du site, dans la section ‘vampire, vous avez dit vampire ?’

L'auteur : Lee So Young est née le 31 aout 1973. Elle fait ses débuts en tant que dessinatrice en 1993 avec "Hwal Ot". Elle est aussi de l’auteur de "Model" et "The God of Death", des histoires sur le thème des vampires et de "Check". Elle est parfois peintre à ses heures et trouve son inspiration dans la nature, en particulier avec les fleurs. Elle estime aussi qu’il faut accorder tout autant d’importance aux personnages qu’aux décors dans lesquels ils évoluent. En France, l’on devrait bientôt trouver Arcana, un Manwha plus récent que Model et qui s’annonce prometteur. Lee So Young semble très intéressée par le mythe vampirique. L’interview qui a été faite d’elle à la Japan expo rapporte qu’elle aime l’idée que ces êtres puissent prolonger leur vie en buvant le sang d’autres êtres humains. Le vampirisme est un sujet qu’elle aimerait exploiter encore plus profondément qu’elle ne l’a fait jusqu’à présent.

           

 

 Nightwalker :

Titre original : Mayonaka no Tantei

Episodes : 12 divisé en deux arcs de 6

Création : 1998

Diffusé au Japon : 2000

Editeur français : Déclic Image

 

Résumé : Shido est détective privé, il s'intéresse particulièrement aux meurtres bizarres. Ces meurtres ont tous un point commun, les "Night Breed". Ces créatures sont une espèce proche des vampires, ils boivent le sang et adorent la violence. Shido est lui-même un vampire. Il est complètement dégouté par les actes répugnants des "Breed" et il s'est promis de débarrasser le monde de ces créatures. Pour l'aider, il a Yayoi (c’est drôle, c’est le nom d’une période ‘préhistorique’ au Japon en -10.000), sa partenaire de sang, une charmante humaine qui a de nombreux contacts avec la police. Sa secrétaire, Riho découvrira vite son secret et l'aidera dans sa lutte (et elle essaye accessoirement de draguer son patron ! Ben tant qu’à faire elle a raison !! J)

Mais tout n'est pas si simple car dans cette histoire se trouve aussi le mystérieux Cain...

Avis : Je n’ai pas encore eu l’occasion de visionner cet anime. Une prochaine fois sans doute !

Résumé et image provenant de La Crypte

 

 

Sanbika de Motoni Modoru

Nombre de volumes : histoire du one shot Prince of Monster (Kaibutsu Ouji)

Editeur : Biblos

Genre : Yaoi

 

Résumé : Il s’agit d’un conte racontant l’histoire d’un jeune homme du nom de Yuri. Suite à une promesse, celui-ci, afin de prouver sa loyauté à son seigneur Koushaku, s’est transpercé l’œil à l’aide de sa propre épée. 1 an plus tard, un mystérieux vampire vient au château nuit après nuit, commet des meurtres et rend visite à Yuri pour répéter la même et inlassable question : « veux-tu passer l’éternité avec moi ? » (À mon avis Yuri a une touche là, c’est clair !). Et à chaque fois, Yuri refuse de donner réponse. Quelle peut donc être l’identité de ce mystérieux vampire ? Et quelle est donc la promesse faite par Yuri à Koushaku ?

L’auteur : Mis à part Sanbika, Motoni Modoru a aussi fait Killing Moon (dont on vous reparlera dans un prochain dossier sur les Shinma), Life of the Machine, ect… que l’on retrouve tous dans le one shot Prince of Monster (Kaibutsu Ouji). Elle a aussi, comme vous pouvez vous en douter, fait pas mal d’histoires yaoi. Koi ga Bokura wo Yurusu Hani (3 vol.), Kousoku Angel-Engine (3 vol.), Tantei Anoneko (4 vol.)... Son trait est plutôt agréable, très différent de ce qu’on a l’habitude de voir dans un manga yaoi (du moins pour Prince of Monster). Elle se caractérise aussi par son humour plutôt noir, ses histoires tendent soit vers le surréaliste, soit vers le dramatique pur.

 

 

Sequence de Ryou Saenagi :

Editeur : Hana To Yume

Genre : Shôjo / Shônen-ai

Manga inédit en France

 

Résumé : Alors qu'il entre dans une vieille église abandonnée, Kanata fait une chute à travers le sol. Il se retrouve dans une grande pièce avec un énorme cercueil.

A l'intérieur du cercueil se trouve allongé un garçon habillé de vêtements anciens. Le mystérieux garçon se réveille brusquement... et tue Kanata par accident. L'âme de Kanata est enfermée dans le cercueil. Kanata se réveille, pensant avoir fait un mauvais rêve. Il trouve une petite croix dans sa main. Plus tard, il rencontre le même garçon et découvre que ce jeune homme est un vampire. Ils sont désormais liés d'une étrange manière, si l'un meure, l'autre aussi....

Avis : Je n’ai pas encore pu lire ce manga par contre voici un lien où vous pourrez trouver les scans http://www.aku-tenshi.com/manga/sequence.php

 

 

Shingetsutan Tsukihime :

Rétrospective : Shingetsutan Tsukihime est à la base une série de jeux vidéo légèrement hentai portée sur le petit écran en anime. Bref, une série pour adulte… Néanmoins, ne vous fiez pas à l’aspect sensuelle et érotique, ST dispose d’un univers très complet…  enfin à ce qu’il paraît… hélas, pour en profiter, le visionnage de l’anime, incomplet, ne sera guère suffisant. Il est même plutôt brouillon et confus à ce que j’ai entendu dire au niveau du passé de certains personnages si l’on n’a pas eu l’occasion de jouer aux jeux. Pourtant la mise en scéne semble plutôt bonne. Bref si on a déjà peu de chance de voir l’anime ou le manga arriver en France, on peut se brosser pour les jeux vidéos. Voici la liste des différentes adaptations :

- Tsukihime (jeu) : mélange de drague/aventure avec du contenu hentai.

- Melty Blood (jeu) : baston en 2d, se déroulant un an après Tsukihime.

- Shingetsutan Tsukihime (anime) : la série, composée de 13 épisodes.

- un manga en deux volumes (pour le moment) de Shônen Sasaki.

Pour en apprendre plus, je vous conseille de lire ce dossier.

 

Trinity Blood
Nombre de tomes : -
Genre : Seinen ou Shônen (tout dépend du mag de prépublication) mais l’ambiance est plutôt Seinen à mes yeux.
Adaptation : Anime (2005) réalisé par les studio Gonzo Digimation (Last Exile, Hellsing, Chrono Crusade…)
Présentation : Trinity Blood est en fait à la base un roman, mais n’ayant que peu d’informations sur le sujet, je me contenterai de traiter le manga et l’anime. Ce roman est néanmoins écrit par Sunao Yoshida. Il compte au moins 12 volumes si l’on se fit au magasin Daily Manga. Notons aussi que le manga commence différemment de l’anime et que le résumé ci-dessous est tiré du manga. J’ignore encore si au final l’anime va bâtir une histoire parallèle ou reprendre les mêmes évènements.
Résumé : L’Armageddon. Cet événement fut du seul fait de l’humanité, de ses guerres, et laissa une bonne partie de la planète dans un triste état. C’est durant l’Armageddon qu’ils sont apparus. En raison de leur ressemblance avec les créatures légendaires de la nuit (non pas Freddy Krueger), l’humanité les appela vampires. (Ca me fait drôlement penser aux circonstances d’apparition des vampires dans Vampire Hunter D.)
500 ans plus tard. La vie a repris son cours grâce à ce qu’on appelle ‘Lost Technology’.
                                         Cette technologie a créé une nouvelle ‘race’ à part entière, les cyborgs.
                                        Abel Nightlord, prêtre de son état, est envoyé de Rome par le Vatican à Istvàn (ville d’Hongrie) afin d’enquêter sur d’étranges évènements. Il rencontre au couvent d'Istvàn une jeune apprentie religieuse, Esther Blanchett, qui finira par s'allier avec lui dans sa soif de vaincre les vampires qui terrorisent et massacrent les villageois. Abel, néanmoins, apparaît comme un homme maladroit et gaffeur, à se demander s’il est bien à la hauteur du travail qu’on lui a demandé…
                            Critique : Trinity Blood est une très bonne surprise, aussi bien en manga qu’en anime.
Mais commençons d’abord par le manga dessiné par Kyûjô Kyo. La série mélange humour et gore et n’est pas sans rappeler au départ l’ambiance d’un Hellsing, avec un héros qui apparaît toutefois bien plus naïf et innocent. Le dessin est très agréable même si j’ai parfois trouvé la mise en page un peu brouillonne. Je n’ai lu que deux chapitres, vous pouvez trouver ce manga traduit en français sur Eien : http://www.eien-anime.com/
                                         Eien se charge d’ailleurs aussi de fansubber l’anime.
                                         Passons à l’anime. On trouve un croisement improbable entre l’ambiance adulte (mais peut-être moins ‘glauque’) d’un Hellsing et l’humour bon enfant d’un Chrono Crusade dont Trinity Blood bénéficie aussi de la qualité d’animation. Autant dire que Gonzo a soit amélioré ses talents, soit eu beaucoup plus de moyen pour Trinity Blood (vu ce qu’ils faisaient déjà avant Hellsing, je penche pour la seconde solution). Comme Last Exile et d’autres productions du studio (comme Chrono Crusade), l’anime utilise le procédé de la 3d pour certains éléments du décor (notamment pour les vaisseaux). Mais ils sont tellement bien intégrés qu’on ne le remarque à peine. L’animation est quant à elle sans faute pour le moment et le character design très bon, détaillé, les personnages ne se ressemblent pas physiquement. La musique n’est pas en reste. On a droit à un très bon opening, plutôt rock, et à un ending, plutôt douce ballade. On notera aussi de nombreuses musiques utilisant des chœurs, sans doute pour renforcer le côté dramatique des événements. Quant aux combats, ils sont aussi fun que ceux d’Hellsing, voire peut-être plus mais ce n’est que mon avis personnel.
                                        Je ne m’étendrai pas plus loin sur le scénario des deux supports au risque de vous gâcher la grosse surprise au sujet d’Abel, notre prête gaffeur et farfelu (‘’un thé… avec 13 sucres […] pour tenir jusqu’à Rome’’). Sachez juste que sans être renversant d’originalité il reste malgré tout très efficace et bien rythmé.
                                        Sachez aussi que ce manga et cet anime devraient vous plaire si vous avez aimé Hellsing voire Chrono Crusade.
 

Tsukihomi – Moon Phase

Date de sortie : 2004

Genre : Série TV

Studio : Shaft

 

Résumé : Morioka Kohe veut devenir photographe et veut se faire connaitre avec des photos incroyables de fantômes. Il part visiter un vieux château en Allemagne et rencontre une jeune fille vampire du nom de Hazuki. Hazuki vit confinée dans son chateau. Elle essaye de boire le sang de Kohei pour faire de lui son esclave, mais cela ne marche pas. Par contre, cela brise le sort qui la retenait au château, la jeune fille décide de suivre Kohei au Japon pour rechercher sa mère... Quand elle arrive au Japon, elle s'installe chez Kohei, qui vit avec son grand père. Mais une autre petite vampire débarque au Japon en compagnie du comte Kinkell pour l'a ramener en Allemagne... (Résumé ici de La Crypte)

Avis : Je n’ai pas encore pu voir cet anime pour le moment mais il occillerait entre humour mignon et sérieux.

 

 

 

  Vampire Hunter D :

Titre original : Kyuuketsuki Hantaa "D"

 

Rétrospective : Vampire Hunter D est à la base une série de romans de Hideyuki Kikuchi. Il y a en tout 25 livres divisés en 15 arcs d’histoires.

Il existe deux animes basés sur Vampire Hunter D : le plus récent et magnifique Bloodlust de 2000, et un autre de 1985, qui ne brille pas par la qualité de son animation vu l’époque mais présente une histoire tout de même intéressante. Le premier film est d’ailleurs tiré de la toute première histoire de D, tandis que le second reprend la troisième histoire : Vampire Hunter D : Shooting Line. Voici la liste exacte des livres :

Vampire Hunter D (1983)

Vampire Hunter D : Rising Winds (1984)

Vampire Hunter D : Shooting Line (1985)

Vampire Hunter D : City Of The Dead (1986)

Vampire Hunter D : Becoming Dreams (1986)

Vampire Hunter D : Saintly Demon (1988)

Vampire Hunter D : North Sea Demon Line (2 tomes, 1988)

Vampire Hunter D : The Rose Princess (1994)

Vampire Hunter D : Coming of the Pale Angel (4 tomes, 1994 / 1995 / 1995 / 1996)

Vampire Hunter D : Horseman of the Shadows (2 tomes 1996 / 1997,)

Vampire Hunter D : The Darkness (3 tomes, 1999)

Vampire Hunter D : The Evil King of Stars (4 tomes, 2000 / 2000 / 2001 / 2001)

Vampire Hunter D : Stronghold of the Evil God (2001)

Vampire Hunter D : The Soldier's Highway (2003)

Vampire Hunter D : Demon Game (2003)

Vampire Hunter D : Blood Fight (2004)

Vampire Hunter D : White Demon Mountain (2004)

Il me semble qu’il existe aussi des adaptations en jeux vidéo mais je n’en suis pas certaine non plus. Oui en fait à ma connaissance il y en a eu 1, celle de l’anime de Bloodlust sur PlayStation 1 où on parcourait le château de Carmilla pour aller resauver cette pauvre Charlotte. Je le sais, même que je l’ai sur mon émulateur que je sais même pas s’il marche encore et que la dernière fois j’avais tellement honte de comment je faisais combattre comme un neuneu sans finesse ce pauvre D que j’ai arrêté. Bénie soit la combinaison cuir.

Avis (attention spoilers) : Sans doute l’une des œuvres japonaises basées sur le thème du vampire que je préfère. L’univers est plutôt original et se passe 10.000 ans dans le futur. Un futur où la Terre dévastée, suite à une guerre nucléaire qui a créé toutes sortes de monstres, vit dans la crainte des vampires. Un monde au parfum de western spaghetti parce que l’auteur adore ces films, mélange de passé et de technologie futuriste, où les hors la loi sont remplacés par les buveurs de sang et où les chasseurs de primes se font tueurs de vampires. Il est difficile de préciser plus l’univers car on trouve fort peu d’informations dans les films, la situation géographique elle-même est peu évidente même si l’on peut penser que l’histoire se déroule en Europe, à en juger par quelques ruines et traditions catholiques. D’après ce que j’ai compris, suite à cette guerre dont j’ai déjà parlé plus haut, les vampires ont été créés ou ont été réveillés de leur sommeil. Ils ont dominé les populations humaines décimées, crées des cités immenses dont la technologie permettait de contrôler le temps (et donc d’éviter la morsure du soleil ?). Mais une révolte eut lieu et les humains reprirent leurs droits, les vampires sont aujourd’hui traqués.

Le personnage de D en lui-même est plein de mystères et à vrai dire les deux films basés sur la série de livres de Hideyuki Kikuchi laissent de nombreux points d’ombre sur ses origines, son passé. Qui est-il vraiment ? Le propre fils d’un certain Roi des Vampires (Dracula ^^) et d’une humaine comme le laisse sous-entendre certains passages ? Soit un ‘Dumpyr’ Notre charmant demi-vampire dispose aussi d’un parasite dans son corps, une entité, un petit démon, qui apparaît par le biais de sa main gauche. Là aussi peu d’explications sont fournies au sujet de sa présence. Ah, quel malheur que ces fichus livres ne soient même pas disponibles en anglais ! Mais bon, passons. Les vampires dans l’univers de Vampire Hunter D sont relativement classiques. Ils n’aiment pas la lumière, un pieu dans le cœur (ou tout autre objet même) les tue… Ils se nourrissent de sang et les ennemis de D sont la plupart du temps des ‘aristocrates’. Si dans le premier anime ils apparaissent peu complexes et font plus office de monstres à dégommer (à quelques exceptions près, quelle quiche l’héroïne quand même !), dans le second film une autre vision est offerte d’eux par le personnage de Meier Link, qui apparaît comme une victime plutôt qu’un bourreau. On ne peut que l’apprécier (*vigoureux hochement de tête*). Autre point essentiel, comme vous avez pu vous en douter plus haut à la référence de Dracula, Vampire Hunter D se base d’avantage sur nos légendes européennes que sur les mythes asiatiques. Dans le second anime, on voit ainsi apparaître un personnage du nom de Carmilla, plus inspiré de la comtesse sanglante Bathory que du personnage de Sheridan Le Fanu. Carmilla vit dans le château Chaythe, dans un pays de langue allemande ou dérivé (à en juger par la lettre qu’elle envoie à Meier). Bathory, descendante d’une lignée de nobles dont la folie semble le principal héritage aux descendants, vivait dans le château de Csejthe, en Hongrie. Une part de sa famille régnait aussi sur la Transylvanie, pays de ce cher Vlad Tepes alias Dracula. Alors que Bathory était persuadée que le sang de jeunes femmes lui permettrait de préserver sa jeunesse, Carmilla doit pour ressusciter son corps et retrouver sa beauté recevoir elle aussi le sang d’une jeune femme (en l’occurrence Charlotte dont est amoureux Meier). Autre parallèle possible, il est fait mention dans Bloodlust des crimes de Carmilla, qui visiblement tua tant d’humains que le Roi des vampires (et donc sans doute le père de D, et donc sans aucun doute Dracula) en fut rendu furieux et détruisit son corps à l’aide de son épée (le cadavre desséché de Carmilla est enfermé dans un cercueil ressemblant un peu à une vierge de fer et traversé par une épée). L’âme de Carmilla est désormais prisonnière de Chaythe. Ce n’est pas sans évoquer aussi l’histoire de Bathory qui fut elle aussi punie de ses crimes par le roi Mathias en étant emmurée vivante (âme prisonnière) dans son propre château durant 4 année jusqu’à sa mort (on la nourrissait par une petite ouverture). On raconte d’ailleurs qu’elle continue d’hanter les lieux et commet encore des crimes, et le château est en ruine aujourd’hui. Enfin, dernier point de ressemblance. Carmilla tout comme Bathory sont réputées pour être des sorcières.

L’auteur : Hideyuki Kikuchi est l’un des écrivains japonais les plus prolifiques. Il est souvent appelé le Stephen King japonais (!). Son premier livre est Makai Toshi Shinjuku, écrit en 1982, qui a d’ailleurs été adapté en OAV en 1988. D’autres adaptations ont été faite de ses œuvres en anime, par exemple A Wind Named Amnesia, Darkside Blue et Supernatural Beast City. Sans compter les deux anime VHD. Notons que Yoshitaka Amano, plus connu pour son travail chez Square sur Final Fantasy, est l’illustrateur des romans Vampire Hunter D.

 

 

 

Yami No Matsuei de Matsushita Yoko :

Nombre de volume : 11 au Japon + chapitre du volume 12 uniquement en prépub. La série est en hiatus depuis 2003, visiblement trop violente (et yaoi) pour Hana To Yume. Je ne sais pas si la mangaka va la poursuivre, si elle s’est lancée dans un autre projet ou…

En France : prepub dans Magnolia, sortie à venir en relié.

 

Résumé : Tsuzuki Asato est un Shinigami, ou si vous préférez ‘une divinité de la mort qui se charge des âmes défuntes, blablabla’. Il effectue son travail depuis 70 *longues* années et est considéré comme le pire bon à rien. En effet, il est paresseux et un poil gourmant, surtout envers les sucreries, ce qui le gêne bien entendu dans son travail et fini par excéder la plupart de ses partenaires (de travail, il n’y a pas d’allusion ici !). Un jour, il se retrouve à devoir collaborer avec un jeune Shinigami, Hisoka Kurosawa, dont le passé semble douloureux et confus. Un passé qui semble lié à un étrange personnage, le docteur Muraki, un humain dont le pouvoir est capable de rivaliser avec les plus puissants Shinigami… Mais que veut donc cet étrange médecin ? (A mon avis, un tête-à-tête avec Tsuzu’ d’amour)

Avis (attention, risque potentiel de spoilers) : Vous allez sûrement me dire ‘mais pourquoi parler de Yami No Matsuei, une histoire avec des héros Shinigami, alors que cette page présente les manga reprenant le mythe vampirique ?’ Eh bien tout simplement car le méchant récurent de la série, celui qui revient épisodiquement dans l’histoire même quand on le croit mort de chez mort de chez mort, le docteur Muraki, a des penchants… étranges. En effet, afin d’agrandir son propre pouvoir, il ‘vampirise’ en quelque sorte ses victimes en aspirant leur énergie (oui on peut le voir comme ça, moi je le vois comme ça, c’est la définition de base du vampire), ce qu’il tente d’ailleurs de faire avec nos amis Shinigami, et dans un autre épisode transforme une brave jeune fille en vampire. Il est aussi obsessionné par la mort et la fragilité du corps humain face à la maladie en raison de ses échecs personnels en tant que médecin. Il souhaite obtenir un corps immortel… ainsi que ressusciter son propre frère grâce aux pouvoirs de Tsuzuki. Pourquoi le ressusciter ? Tout simplement pour le tuer à nouveau ensuite.

Oui bah c’est la logique à la Muraki faut pas chercher à comprendre mes p’tits gars, vous allez pas vous en sortir !

Autre détail, au début du manga Tsuzuki explique aussi qu’il y a en chacun de nous un vampire (et surtout en lui).

Car un vampire puisqu’étant un mort volant la vie d’autrui par besoin de vengeance à ne pas être vivant ou plaisir de tuer est un criminel, un assassin. Muraki entre dans le cas du besoin de vengeance d’une vie qui lui a été volée, et Tsuzuki... bah par élimination...

Bref, même si c’est loin d’être le point sur lequel est bâti l’histoire de Yami No Matsuei, on trouve quelques traces du mythe aussi.

Mais revenons en au manga en lui-même. Je le conseille à tout ceux qui aiment le mélange humour/gore/relations ‘étranges’. C’est une très bonne série, elle paraît en France dans Magnolia depuis Décembre 2003, elle devrait paraître bientôt en relié aussi avec la fin de Magnolia cette année, et a un fort succès au Japon (avec notamment une adaptation anime facilement trouvable en fansub, je ne sais pas par contre si une sortie française officielle est prévue). Le style graphique est, en plus, fort agréable même si pas exempt de défauts. Par contre, si le sang (non on peut même dire le gore) et les allusions poétiques sur des relations entre hommes (non en fait c’est pas toujours poétique) vous déplaisent, vous feriez mieux d’éviter ce manga et retourner à Candy Candy (deuxième mention à Candy Candy dans cet article, je commence une sévère obsession sur ce manga que je n’ai jamais lu ou vu c’est vachement triste Candy, je l’sais j’l’ai lu). Bon, en même temps ce n’est pas pour rien que Yami No Matsuei est classé dans le yaoi. Par contre la série anime est plus soft.

*Roshieru contente d’avoir casé l’un de ses manga préférés, qui n’aurait pas du figurer dans la liste, par un sublime tour de passe passe* *Applaudit par Miyu parce que ça rentre pile poil.*

L’auteur : Je n’ai pas trouvé grand-chose sur elle. Visiblement, Yami No Matsuei (commencé en 1995) est son seul et unique manga. Il compte à peu près 11 volumes, le 12ème a seulement été prépublié pour le moment dans Hana To Yume (voir ce que j’ai dit plus haut).

 

 

 

Yoake no Vampire – Entretien avec un vampire

Volume : one shot (à ma connaissance)

Auteur : Udou Shinohara

Editeur : Chara Comic

Date de Publication : 1994

 

Avant propos : Ce manga a été réalisé à la base pour promouvoir la sortie du film Entretien avec un Vampire, lui-même tiré du livre éponyme d’Anne Rice, au Japon. Il s’agit donc avant tout d’un produit commercial. Ce qui ne veut pas dire qu’il soit sans qualité, bien entendu.

Résumé : Je suppose que tout le monde connaît plus ou moins l’histoire d’Entretien avec un Vampire ? Si ce n’est pas le cas, voici donc de quoi cela parle :

Louis est un jeune homme propriétaire terrien d’une culture de cannes à sucre en Louisiane. Il est désespéré parce qu’il a perdu son jeune frère (dans le livre) et/ou sa femme (dans le film) et cherche la mort sans avoir le courage de se la donner. Il écume les tavernes, provoques des bagarres, couche avec des péripatéticiennes pour chopper la schtouille. Quand une nuit il fait la connaissance de Lestat le vampire (ah, Lestat) qui lui suce le sang avant de le laisser pour quasi mort chez lui. Lui proposant de boire son sang et d’être transformé en vampire s’il veut vivre. Louis est lâche et humain il accepte. Commence alors pour lui une difficile coexistence avec Lestat bercée par les regrets de sa vie humaine. (Ouah, j’ai fait un résumé sans raconter toute l’histoire !!) Quelques années plus tard (ouais au 20ème siècle) une nuit il raconte son histoire à un jeune journaliste dans une chambre d’hôtel miteuse.

Avis : Etant donné qu’il s’agit d’une adaptation en un seul volume (en plus une adaptation du film visiblement), même gros (500 pages), l’histoire a du être emputée de certains éléments, ce qui fait qu’on ne retrouve que le condencé des moments les PLUS importants. En même temps, si le plus important y est… Et puis, la mangaka serait apparemment fan de l’œuvre d’Anne Rice (à ce que j’ai compris), l’adaptation est donc fidèle malgré les coupes. Bon bref, je n’ai pas lu le manga, il n’est disponible qu’en japonais, mais je me permets de donner un court avis basé sur ce que j’ai lu (source anglaise) et vu (scan sur le net). Le dessin tout d’abord est plutôt anguleux. Les personnages ont des visages fort en angle, c’est assez choquant quant on tombe comme ça sur les scans. Mis à part Claudia qui est somme toute plutôt réussie et qui contrairement au film garde son âge de 6 ans (rappel : elle en a 12 dans le film). Passé la surprise du dessin peu esthétique, on se rend compte que la mise en scène (du moins ce que j’en ai vu) n’est pas trop mal, voire parfois bien trouvée, et surtout bourrée de sous-entendu sur les relations entre les personnages. Même qu’une fois j’ai cru que l’un des deux taillait une pipe à l’autre alors que c’était Lestat qui buvait le sang de Louis. Remarque après j’ai l’esprit toujours mal placé.

Mis à part cela, on a le droit aux vampires Annericien : ils craignent le soleil mais pas les symboles religieux ou l’eau bénite (chouette). Ils boivent du sang bien entendu et ils sont monstrueusement beaux et charismatiques. Plus ils sont vieux, plus ils sont puissants. Plus ils sont nés d’un sang puissant (venant d’un vampire ancien), plus ils sont puissants malgrés leur jeune âge (z-avez suivi ?). Bon ça c’était le résumé vite fait bien fait c’est plus compliqué que ça mais j’en aurais pour long à expliquer alors le mieux c’est que vous lisiez les livres.

Malheureusement, Entretien avec un Vampire ne donne pas beaucoup d’éléments sur l’origine des vampires, il se concentre surtout sur les tourments de Louis sont héros, ses relations amoureuses (bah oui quoi) et conflictuelles avec son Sire Lestat et avec Claudia leur Infante. La vérité des origines sera elle révêlée dans Lestat le vampire et la Reine des Damnés (dont Lestat est le narrateur d’ailleurs) et offrera aussi une nouvelle vision de l’histoire racontée par Louis (ou sommes toute Lestat a le mauvais rôle). Mais on quitte ici le point de vu du manga (et du livre/film dont il est tiré).

Je m’arrête là avant que mon commentaire devienne vraiment décousu. Si vous avez des questions il y a dans la section ‘vampire vous avez dit vampire’ du forum un topic sur Anne Rice (à ce sujet, si vous avez des info pour compléter cette petite fiche, vous pouvez poster aussi là).

Autre adaptation : Il ne s’agit pas vraiment d’une adaptation mais plutôt d’une série de croquis et de sketch issu d’un artbook de Mamiya Oki, une mangaka et une illustratice de romans très réputée au Japon. J’ignore s’il s’agit d’un projet d’illustration des livres abandonné, d’un embryon de manga avorté, d’un plaisir de fan… Mais en tout cas les dessins sont largement au dessus de ceux de Udou Shinohara. Vous pouvez trouver ces dessins dans le topic d’Anne Rice, dans la partie consacrée aux adaptations.

Là on quitte un peu le manga mais les dessinatrices italiennes Dany et Dany ont elles aussi réalisées des fanart au look manga.

http://www.danyanddany.com/

 

Vampire Jûji Kai (the record of fallen vampire) de Shirodaira Kyô
Nombre de tome : 4 (sorti du dernier en Février) au Japon
Genre : Seinen

 Résumé : Une légende raconte qu'il y a des milliers d'années, le monde a bien failli être détruit par la reine des vampires et ses terribles pouvoirs.

Malgré leurs efforts, les êtres humains incapables de la vaincre, décidèrent de l'emmurer loin de leurs royaumes jusqu'à ce qu'ils soient devenus assez forts pour la détruire.

Cependant, ils ne sont pas les seuls à être intéréssés par son sort. Depuis des millénaires, le roi des vampires recherche activement le tombeau de sa bien-aimée. Ayant rejetté son royaume, trahi sa propre race et celle des demi-vampires, il n'a plus qu'une seule chose en tête : retrouver sa reine avant que les humains ne rouvrent son tombeau pour la tuer.

Ces derniers craignent qu'une fois que le couple royal réuni, ils dévasteront le monde ensemble, et mettent tout en oeuvre pour que cela ne se produise pas. Traquer à la fois par les humains et les demi-vampires, le chemin qui se dresse sur la route du roi Akabara est semé d'embûches. (source : Mystic Team)
Avis : Pour le moment la série n'a pas été licenciée en France, par contre le site de scantrad FR Mystic Team (http://www.mystic-team.fr.tc/) devrait bientôt offrir une traduction.


Note finale : d’autres séries viendront s’ajouter à celles décrites ici, d’autres éléments seront complétés aussi par la suite. N’hésitez pas à venir poster dans le forum si vous avez des informations à me communiquer. Merci Roshieru pour ce superbe travail !!